TEAM FRANCE JEUNE SUR LE TOUR DE FRANCE A LA VOILE : L'HEURE DU BILAN A SONNE

11.08.2016
|
Image-à-la-Une

NEWSLETTER : le 11 août 2016

Après plus de trois semaines de compétition, il est temps pour Team France Jeune de dresser un bilan de sa participation au Tour de France à la Voile. L’équipe revient sur les moments les plus marquants de l’aventure et partage avec nous ses meilleurs souvenirs… comme les pires ! Retour en images et en paroles sur ces épisodes qui ont impacté le quotidien de l’équipage durant ce mois de juillet.

1°) Le lancement du Tour de France à la Voile à Dunkerque

Le moment le plus enthousiasmant

« Je me rappelle très bien de l’état d’esprit de l’équipage lors de notre arrivée à Dunkerque pour le premier acte du Tour de France à la Voile. A ce moment-là, dans notre esprit tout était possible ! L’équipe est arrivée gonflée à bloc et surmotivée. Il est vrai que nous avions annoncé un ambitieux objectif en visant un podium au classement général. Les régates d’avant-saison ont été très bénéfiques pour faire nos armes et peaufiner notre organisation à bord. Cela nous a permis d’aborder la compétition en ayant confiance. Finalement, à ce moment-là, nous étions notre principal adversaire : l’objectif était de nous surpasser et d’attaquer le Tour sous les meilleurs auspices » se souvient Thibault JULIEN.

Tour de France Voile 2016, Dunkerque le 06 Juillet 2016 Photo © Jean Marie Liot / ASO

2°) L’arrivée en Méditerranée

Le moment le plus stimulant

« Nous étions impatients d’attaquer l’étape méditerranéenne du Tour. C’était comme revenir à la maison ! En effet, dans l’équipe, nous sommes quatre à être originaires du Sud. Après avoir concouru sur les premiers actes dans le Nord de la France, nous sommes repartis sur de nouvelles bases. Nous avions beaucoup à gagner sur cette seconde partie du Tour. Notre objectif était de performer, dans un environnement qui nous était plus familier » déclare Timothé LAPAUW.

Tour de France a la Voile 2016; etape de Roses (ESP); le 20 juillet 2016. Credit photo : Jean-Marie LIOT / ASO

3°) Le raid de Roses

Le moment le plus frustrant

« Le raid de Roses, en Espagne, a réellement marqué un tournant pour l’équipe. Nous sommes complètement passés à côté de l’épreuve, en commettant une erreur de parcours au moment d’enrouler une bouée. C’est une faute inadmissible pour des sportifs de notre niveau. Au lieu de saisir l’opportunité de repasser devant nos concurrents et nous assurer une position confortable, nous nous sommes tirés une balle dans le pied et avons laissé nos adversaires reprendre du terrain. Cette faute n’aurait jamais dû se produire. C’était un moment très douloureux puisque nous nous sommes retirés du raid à l’issue de la journée. C’était aussi très frustrant pour les navigants restés à terre, qui ne pouvaient absolument rien faire… » explique Erwan FISCHER.

Tour de France a la Voile 2016; etape de Roses (ESP); le 21 juillet 2016. Credit photo : Jean-Marie LIOT / ASO

4°) Pas de Super Finale à Hyères

Le moment le plus dur

« Lors des épreuves de stades nautiques à Hyères, l’équipe a réalisé une très mauvaise journée. La belle régularité dont nous avions toujours fait preuve jusqu’ici sur les parcours techniques nous a manqué ce jour-là. Nous avons enchainé de mauvais résultats, qui nous ont pénalisés et empêchés d’atteindre les portes de la Super Finale. C’était une vraie douche froide, d’autant plus que nous n’avions jamais manqué ce rendez-vous depuis le début du Tour » raconte Jules BIDEGARAY.

Tour de France Voile 2016; Hyeres le 27 Juillet 2016.Photo © Jean Marie Liot / ASO

5°) Recueillement à Nice

Le moment le plus émouvant

« Nous étions à Roscoff lorsque l’attentat a eu lieu. Nous avons vécu ces tragiques événements à distance. C’était particulièrement difficile, sachant que certains d’entre nous avaient des amis ou des membres de leur famille présents sur la Promenade des Anglais lors du drame. Nous sommes allés déposer des roses blanches devant l’un des lieux de commémoration, accompagnés des autres équipes et des organisateurs du Tour. C’est dans ces moments tragiques que le sport prend toute sa place. Maintenir la compétition, malgré le drame qui s’est déroulé à Nice, est une manière de véhiculer de belles valeurs telles que la combativité et le courage. Nous avons montré que nous restions debouts, malgré la douleur » déclare Sandro LACAN.

13880186_1007835889333825_8022656393393773513_n

6°) Team France Jeune, vainqueur du classement amateur à Nice

Le moment le plus fun

« Nous sommes très fiers du raid que nous avons couru à Nice. Nous avons enfin réussi à retrouver cette belle cohésion que nous avions avant le Tour. Finalement, nous terminons 4e et nous réalisons notre meilleure performance depuis le début du Tour. Lors de la Super Super Finale, la partie était loin d’être gagnée ! En effet, nous devions rattraper 16 points si nous voulions repasser devant Team Lorina Mojito Golfe du Morbihan au classement amateur. Nous sommes arrivés en tant qu’attaquants sur ces dernières manches. Nous voulions aller chercher les Verts et les pousser à la faute. Ce jour-là, nous étions tous en phase à bord. Tout s’est déroulé dans des conditions optimales. Ça nous a fait un bien fou de retrouver ces belles sensations sur l’eau ! Enfin, la remise des prix de samedi soir nous a réconfortés dans nos choix sportifs : nous savons pourquoi nous nous sommes entraînés si dur en vue du Tour. Nous avons eu la force de caractère d’être là, de ne rien lâcher et de rester soudés jusqu’au bout ! C’est une grande fierté pour nous d’avoir été capables d’avancer tous ensemble, même dans les coups durs » conclut Robin FOLLIN.

Tour de France a la Voile 2016; etape de Nice; le 30 juillet 2016. Credit photo : Jean-Marie LIOT / ASO

Et à terre ? Nous avons demandé à Ludovic MECHIN, le préparateur du bateau de l’équipe, de nous raconter lui aussi son meilleur et son pire souvenir sur le Tour :

« Spontanément, lorsqu’on me demande quel est mon meilleur souvenir sur le Tour, je pense au montage du bateau avec Tim et Thib. Ils m’ont été d’une grande aide. Lors de l’étape de Baden, nous avons travaillé jusqu’à 2h du matin. Tout ça s’est fait dans une très bonne ambiance. Ce sont de très bons préparateurs !» (rires)

« Malheureusement, il n’y a pas que des bons moments à terre… Je me rappelle du jour où l’équipe a cassé les safrans lors de la Super Finale de Dunkerque. J’ai travaillé une bonne partie de la nuit pour réparer le bateau. Ce n’était pas vraiment une partie de plaisir… »

Ce Tour de France à la Voile aura donc été riche en émotions. Il aura également offert la possibilité aux équipages de re-découvir ou de découvrir (pour les non-initiés) le littoral français. L’occasion de naviguer au cœur de sites d’exception : les falaises normandes, le château du Taureau à proximité de Roscoff, les îles du Golfe du Morbihan, Porquerolles, la Baie des Anges… Autant de lieux qui ont été les témoins des joutes nautiques que se sont livrées les 24 équipes participantes cette année !

 

Image à la Une : Jean-Marie LIOT

Comments are closed.